Cette 4ème journée du tournoi des 6 nations 2013 est une nouvelle confirmation. L’équipe de France se cherche et les Irlandais ne se trouvent pas. On espérait un match engagé, viril mais correct, avec des prises d’initiatives de part et d’autre. Certes les conditions climatiques n’étaient pas favorables à de grandes envolées mais on a eu le sentiment que les deux équipes ne voulaient pas perdre.

Le match était-il fermé ?

L’une des premières actions du match nous prouve le contraire. Les Bleus démarrent  mieux cette rencontre avec une 1ère attaque sur un ballon de récupération de Thomas DOMINGO (0’45’’), le ballon sort rapidement du ruck. La défense irlandaise ne s’est pas bien redistribuée mais, avec 8 joueurs disponibles contre 4, Florian FRITZ choisit le jeu au pied.

Le 2ème mouvement intéressant est à l’actif des joueurs au Trèfle. Un ballon porté dans les 40m du XV de France, après une conquête en touche, fait mal au cœur des supporters français, nous sommes balayés sur 20m. Après plus d’une minute de temps de jeu irlandais, nous sortons le ballon en touche, à 5m de notre ligne. Le XV d’Irlande choisit le même lancement de jeu : le  MAUL. Les avants français sont amenés dans l’en but, du moins le peu qui reste, c’est le premier essai du match (10’05).

Il est vrai que la suite de la rencontre est insipide, sans âme, si ce n’est les 10 dernières minutes du match. Cette fois à l’avantage des Français ou plus exactement d’un français Louis PICAMOLES. Il est plein de lucidité et de puissance pour inscrire un essai (73’45) et surtout il lui reste des jambes pour sauver son camp (75’55).

Le spectre de la cuillère de bois s’est éloigné.

Personnellement je n’y ai jamais cru, notre championnat est suffisamment exigeant pour préparer mentalement  les joueurs. Si nous ne réagissons pas contre l’Ecosse, il y aura un malaise qui risque de durer, il faudra faire un gros match.

Quels sont les secteurs à améliorer ?

De toute évidence, c’est le jeu offensif et la conservation de balle qui sont insuffisants. Nous perdons beaucoup trop de ballons dans le jeu courant (25) et nous rendons trop de ballons à l’adversaire. Le groupe ne progresse pas et on est en droit de se poser certaines questions mais ce sont eux qui doivent se les poser en interne. Nos lancements de jeu sont trop rares et trop prévisibles pour mettre en difficultés la défense adverse. Il faut plus d’alternance, de vitesse, de soutien au porteur de balle et surtout être plus patient. Il faut contester dans tous les secteurs du jeu, on est passif en touche alors que les conditions favorisent le contre. On ne lutte pas en l’air sur le jeu au pied de pression. Les courses de replacement sont trop lentes, les joueurs reçoivent le ballon arrêtés, sous pression. Il faut faire plus confiance au banc notamment au niveau des demis pour accélérer le jeu. On n’en fait pas assez.

Quels  sont les points positifs.

Le point le plus positif est le résultat. Les fondations sont solides cependant il faut s’appliquer sur les finitions. Nous avons les capacités physiques et techniques pour pratiquer un jeu plus complet. Ainsi sur ce lancement de jeu direct, après mêlée (68’25), on réalise un jeu croisé avec Mathieu BASTAREAUD qui fixe les défenseurs, puis un jeu même sens avec un 2ème deuxième ligne qui avance, jeu encore dans le sens…Les dix dernières minutes montrent l’envie des joueurs, le banc a amené de la fraicheur et de l’efficacité au groupe  à l’image de Sébastien VAHAAMAHINA.

Que faut-il faire face aux Ecossais ?

Rien ne sera pardonné au XV de France, il faudra qu’il tente encore et encore, mais pas n’importe comment. Les écossais sont performants sur les ballons de contre-attaque, il ne faudra pas leur en donner. Leur conquête est fragile surtout après la blessure de Richie GRAY, il faudra contester en touche et les bousculer en mêlée. Leurs lancements de jeu sont limités avec le choix du N°10 Duncan WEIR, «un coffre ». Il faudra surtout être très discipliné car leur butteur Greig LAIDLAW n’a pas trop de déchet.

Dans le désordre, il faut mettre de l’ordre dans les principes de base du jeu collectif.

S.L