Ce n’est pas forcément la finale attendue car Castres est venu troubler les pronostics. Cependant, ce sont les deux équipes qui ont montré le plus de maîtrise dans les fondamentaux du rugby qui en découdront sur la pelouse du Stade de France.
 
 
 
 
 
 

[poll id= »13″]

Qui a l’avantage psychologique ?

Serge LAÏRLE: Sans contexte les Toulonnais ont un avantage sur les castrais dans ce domaine.
Le groupe rouge et noir est très expérimenté que ce soit au niveau du staff comme des joueurs. Beaucoup ont connus les joutes du rugby de très haut niveau   et ils seront aborder ce type de match avec toute la confiance nécessaire.
Côté bleu et blanc la pression est beaucoup plus importante, une équipe de petite ville qui retrouve ce niveau de compétition après 20ans et dont la majorité, staff et joueurs compris, n’a jamais évolué à ce niveau.
Ce manque d’expérience peut être préjudiciable pendant le match dans la gestion des joueurs leaders. Il faut donc anticiper et ce sera le rôle primordial des entraîneurs.

Techniquement, quels sont les points faibles de ces équipes ?

Serge LAÏRLE: Quand on arrive à ce stade de la compétition cela veut dire qu’on n’en a pas énormément.
Les joueurs de la « Rade » peuvent être en difficulté sur la conquête en fin de match. Leur banc n’est pas aussi solide en mêlée ordonnée que l’équipe qui débutera. Dans le secteur défensif, ils peuvent avoir des problèmes sur les couvertures des  2èmes et 3èmes rideaux mais aussi sur le jeu au pied d’occupation. La défense inversée qu’il pratique après les changements de sens est fragile sur les grandes largeurs. En attaque,  ils passent souvent par le sol et peuvent être contestés et mis à la faute.
Les joueurs du « Sidobre » ont parfois du mal sur la conquête en touche et sont assez indisciplinés en mêlée ordonnée. Ce manque de rigueur peut leur couter des points dans le secteur défensif et notamment au niveau du jeu au sol. Leur jeu offensif est plus lié aux exploits individuels qu’à un jeu collectif bien structuré, à l’image du barrage contre Montpellier. La qualité du jeu au pied est irrégulière et rend parfois trop facilement des ballons à l’adversaire. Leur plus gros souci est le manque de réalisme au niveau de la marque, dans les moments forts.

Et alors,  quels sont les points forts ?

Serge LAÏRLE: Toulon est une machine puissante sur les fondamentaux : conquête, occupation, défense. Ils se nourrissent le plus souvent des erreurs de l’adversaire, ils pressent, ils concassent, ils avancent. Le RCT s’appuie sur un jeu offensif où il y a peu de passe, beaucoup de percussion mais terriblement efficace. Le premier rideau défensif est puissant, difficilement franchissable et bon récupérateur. Leur force est la gestion des demis dans les temps forts comme dans les temps faibles, ils ont de l’expérience pour analyser et choisir, ils alternent parfaitement le jeu au pied et le jeu à la main.
Castres est imprévisible, ils peuvent jouer tous les ballons comme l’an dernier en demie finale face à Toulouse, comme ils peuvent s’appuyer sur un bon jeu au pied de pression. Ils ont une conquête solide, surtout en mêlée ordonnée, ils disposent d’un banc très performent. Ils utilisent souvent toute largeur du terrain et ils sont efficaces sur les petits côtés. Leur point fort reste le jeu debout proche des lignes où ils sont bien organisés et difficiles à déstructurer. Les qualités individuelles de certains joueurs des lignes arrières peuvent mettre le feu en contre attaque, notamment le trio du fond de terrain.

Que pensez-vous de l’arbitrage de cette finale ?

Serge LAÏRLE: Monsieur GARCES est un des meilleurs arbitres de notre championnat et je ne doute pas de ces compétences. S’il a plus de difficultés dans l’interprétation de la mêlée, il maîtrise totalement le jeu au sol. Ceci étant, comme tout être humain il aura la pression. L’erreur est possible, les Castrais le savent bien, il y a 20ans, l’arbitre accordait un essai très litigieux, leur offrant leur dernier bouclier.

Quel est votre pronostic ?

Serge LAÏRLE: Par expérience, j’ai participé à dix finales du championnat de France et je dirai 50-50. Chacune des deux équipes a des points faibles et certainement quelles en auront sur ce match. On ne peut faire abstraction d’autres paramètres indépendants de leur volonté : l’arbitrage, le temps ou tout simplement la chance.
Une finale, le plus important c’est de la gagner. Il ne faut pas de regrets, ils sont trop durs à digérer. Alors Messieurs les joueurs il faudra tenter.